Actualités MPC

JEAN-PIERRE TAMISIER

jp.tamisier@sudouest.fr

Depuis le mois de janvier, 28 élèves de seconde bac pro services de proximité et vie locale interviennent, plusieurs heures par semaine, avec 19 résidents du foyer de vie François-de-Paule. Les lycéens sont âgés de 15 à 17 ans. Les adultes de François-de-Paule ont entre 27 et 72 ans et sont en situation de handicap mental léger. Ensemble, les deux groupes préparent la découver te des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Marie Necol, enseignante à Sainte-Anne et Samira Barriez, du foyer de vie François-de-Paule sont les chevilles ouvrières de ce projet de longue durée qui amène les futurs bacheliers et les membres du foyer de vie à se rencontrer plusieurs heures par semaine.

Préparation soutenue nécessaire

« Pendant leurs trois années de scolarité, les lycéens vont être en contact régulier avec les résidents. Déjà, nous avons reçu les personnes du foyer de vie au lycée. Pour ce premier contact, les élèves devaient réaliser avec eux le carnet de voyage personnalisé, préambule à la sortie sur les chemins de Saint-Jacques. Chaque résident était aidé par deux élèves pour faire ce document. Cela a permis de placer les lycéens en situation d’animateur et de les confronter à une situation directement en lien avec la formation qu’ils préparent. »

L’objectif et de mettre sur pied deux sorties, à Bayonne et Saint-Jean-Pied-de-Port, dès cette année, et de préparer un périple de plusieurs jours à pied sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, l’an prochain, aux abords de Puente de la Reina. La fragilité des personnes accueillies au foyer de vie François-de-Paule implique une préparation soutenue. D’autant que les lycéens ne sont qu’au début de leur formation et doivent, eux aussi, se forger une expérience. Ce qui a amené les deux animatrices de cette aventure, Marie Necol et Samira Barriez à concevoir des temps de rencontres qui permettent aux deux publics de se connaître.

Savoirs transmis

Des ateliers thématiques ont été mis en place pour favoriser le lien entre les uns et les autres. Récemment, les élèves de Sainte-Anne se sont rendus au foyer de vie pour travailler avec les résidents. « Cette fois ce sont les pensionnaires de François-de-Paule qui ont appris aux jeunes ce qu’ils savaient faire. » Broderie, tricot, crochet, réalisation de pompons de fête étaient au programme. « Cette idée est venue de certaines résidentes qui voulaient transmettre leur savoir », explique Samira Barriez, « Nous y avons vu l’occasion de produire des articles que nous pourrons vendre lors du vide-greniers organisé au sein du foyer pour contribuer au financement de la sortie en Espagne, l’an prochain. »

Cet atelier a aussi été la démonstration que des liens s’étaient créés entre les résidents et les lycéens. « Tous les élèves sont beaucoup investis, confirme Marie Necol. Sur le plan pédagogique, cela leur permet de se confronter réellement à ce qui peut-être sera leur futur métier. »

Un aspect sur lequel l’enseignante insiste beaucoup auprès de sa classe. « Pour éviter que le contact entre les jeunes et les résidents du foyer ne deviennent trop affectifs. Ils doivent bien intégrer ce qu’est leur rôle auprès des personnes. »

Marie Necol n’est pas la seule enseignante de Sainte-Anne à intervenir dans ce projet. Jean-Philippe Pribat, professeur d’éducation physique, aide les résidents à faire l’apprentissage de la marche de longue durée et Marie-Bénédicte Aphaule apporte sa connaissance des chemins de Saint-Jacques.

< RETOUR